Manoir de Coecilian ou manoir de Saint Paul Roux à Camaret

05/2017 Yannig TREBAOL 0

Dans la nuit du 22 au 23 juin 1940, dans une France alors occupée par l’armée du IIIème Reich, un soldat allemand pénètre dans le manoir du poète Saint Paul Roux vers 22h30 sous prétexte d’une inspection.
Après plusieurs longues minutes et ayant quelques doutes sur les intentions réelles du soldat, Saint Pol Roux tente de le faire partir, sans succès. Le soldat arme alors son pistolet et menace sa fille, Divine.

100% BZH : photos du Finistère (côtes, terres…)

03/2017 Yannig TREBAOL 0

Photographies des côtes et des terres du Finistère en Bretagne. Tout le mystère d’un pays de légendes qui a su garder son côté sauvage et préserver sa magie. Magie qui enchante toujours les visiteurs mais aussi les habitants qui la redécouvrent au détour d’une ballade ou d’une séance photos…

Architecture et texture : architexture

Textures et urbanisme : l’archi-texture en architecture

12/2016 Yannig TREBAOL 0

L’architecture urbaine moderne ou ancienne, sur laquelle nous portons souvent un œil distrait, offre de multiples facettes tant dans les lignes géométrique, symétriques… mais aussi dans une “foultitude” de matières, de textures : bois, pierre, acier, béton, verre, ardoise… C’est ce que j’appelle “Archi-texture”

paysage en photo infrarouge

Photo infrarouge de paysages urbains

10/2016 Yannig TREBAOL 0

Ce que l’œil ne peut voir, la photo peut le saisir… L’utilisation d’un filtre infrarouge permet de capter certaines longueur d’ondes que l’œil humain ne peut percevoir. Ainsi les verts ne s’impriment pas et donnent cet aspect neigeux aux paysages, un onirisme bien relaxant.

créations artistiques yannig trébaol auteur photographe

Photo abstraite : une exploration photographique

09/2016 Yannig TREBAOL 0

Si tous les ans vous achetez votre calendrier à cause des photos de chatons qui sont dessus, vous n’allez pas aimer mais alors pas du tout aimer cette page 😉
Ici, l’abstraction déforme la réalité, la suggère plus ou moins au lieu de la présenter “stricto senso”. De part le manque volontaire de précision des formes, des couleurs… Des paysages urbains décalés et décadents… Dans lesquels nous évoluons (ou régressons) tous, qu’on le veuille ou non.