Faut-il compter sur Facebook pour faire connaître son art ?

Partager :

Omniprésent voir omniscient, Facebook est un média très largement utilisé par les artistes en tout genre pour faire connaître leur art et pour se faire connaître eux-mêmes dans la foulée. Publier ses œuvres sur Facebook permet de toucher des centaines voire des milliers de personnes grâce aux groupes dédiés à certains thèmes… N’est-ce pas finalement lâcher la proie pour l’ombre ?

compter sur FacebookPour en avoir fait l’expérience moi-même, il me semble désormais très hasardeux de compter sur Facebook pour faire connaître son art et pour tenter de se faire connaître un temps soi peu.

Sur votre page Facebook vous avez quelques dizaines voire quelques centaines “d’amis” qui vous suivent plus ou moins. Parmi ces “amis”, vous en aurez un certain nombre qui vous suivent de très près ; ces “amis” là sont probablement une source fiable qui vous suit pour ce que vous produisez : musiques, photos, sculptures… et qui s’intéressent réellement à votre art.

 

Faut-il / peut-on compter sur Facebook ?

Là où le bât blesse, c’est lorsque vous tentez de vous faire connaître à une plus grande échelle en visant les grands groupes du type 10.000 ou 15.000 membres. Il y a tellement de monde là-dessus que dès que vous postez un message, ce dernier est très rapidement relégué aux oubliettes par d’autres membres hyperactifs qui postent jusqu’à 40 messages par jour. Si sur 10.000 membres vous avez 5 hyperactifs, je vous laissent imaginer combien votre post sera difficile à trouver…

C’est du vécu : sitôt postées, mes photos étaient rencardées au bout de 15 minutes par l’intervention de ces-dits membres hyperactifs !

Donc, on ne peut que partiellement compter sur Facebook pour faire connaître son art en prenant soin de fuir les mégagroupes qui laissent miroiter une audience de ouf alors qu’il ne sont le reflets que d’une “société Kleenex” sitôt consommer et puis jeté. Je privilégie désormais les petits groupes en veillant bien à ce qu’il ne contiennent pas un ou deux “furieux de la souris”…

De plus, poster ses œuvres sur Facebook pose un autre problème que je n’ai pas évoqué ici : le vol des images et le droit d’auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prouvez que vous êtes un humain Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!